Tamazight

Portail sur Tamazight
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Livre : JAR U JAR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1406
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 34

MessageSujet: Livre : JAR U JAR   Dim 27 Sep - 4:49

JAR U JAR : Entre le silence du présent et les confessions du passé

« jar min sriγ d min war ẓriγ, jar tidet d uxarreq, jar baba aked war iymiγ d yemma iẓummen awar, jar tarja inu d Timuc, jar ḥenna d Muḥ Ameqran, jar aseγdi d awar, jar tazra d ubeddi, jar tarjijat n wur d uhardef n tmijja, jar amuγzer d umenγi, jar tudart d tamennawt, jar ayid nec d cek…jar u jar i iymiγ, i truḥ temẓi inu ! »

Mohamed BOUZAGGOU, Jar u jar. Ed Trifagraphe, Berkane 2004, p. 73.



JAR U JAR (la rumeur), est le deuxième roman de l’auteur Amazigh -Rifain- : Mohamed Bouzaggou( ), qui a été publié en 2004 après : ticri x tama n tsarrawt (la marche au bord du lacet), publié en 2001.

Les événements de JAR U JAR se déroulent dans un village du Rif marocain où on découvre Mudrus qui est orphelin de père. Il est humilié par les jeunes du village (Lguṭ, Cbareq et Amarzag)( ) et il ressent qu’il est exilé sur sa propre terre. Il se plaint de cette situation, en plus il ne réussit jamais à avoir des amis, malgré tous ses efforts. Lguṭ et ses compagnons se moquent toujours de lui.

Yamna, la mère de Mudrus essaye de consoler son fils, en lui expliquant la raison pour laquelle on l’insulte et on se moquent de lui, c’est parce qu’il est gentil, et sait bien lire et écrire. Cependant, Mudrus n’est pas convaincu par les arguments de sa mère, il essaye juste de la croire, mais, au fond de lui il veut savoir la vérité. Le passage suivant reflète bien cette souffrance dû à l’humiliation : « nec waxxa war dayi axrur, qqaren-ayi bu uxrur ! rεurret ! ddiyyut ! mani ma iğa ca n awar war iḥri a dayi-d zzays uten, axmi war kidsen iymiγ, war marγeγ deg car idi marγen ura d netni.. !! Axmi i iteg hellararu i ixef nnes, ikessi deg ij n uγennij idi itarra cwayt n tefqeḥt :

Mali wahya mali
Axmi war da nexriq
Axmi war da niymi
Mali wahya mali
Axmi war da neẓẓi tifunasin n uγi
Axmi war da neḥtic arbiε aked imendi » (p. 4)

Par ailleurs, Mudrus aime Timuc( ). Celle-ci s’occupe de la maison après le décès de sa mère. Or, le pauvre jeune n’a pas le courage d’avouer ses sentiments sincères envers sa bien-aimée : « Ca n twaratin iqqar-as ijj n ixf hwa γars γar tara, isi γars aqbuc ataγ ad cek terqef s umuzar nnes imuden amen id ihwa x uεrur, niγ ataγ a dac tini ca n awar rami cek war tzemmared akid-s tessiwred. Ij n ixf nniḍen iqqar-as qim war hekwa ca, cek war tzemmared ad tessiwred aked iḥenjaren mani εad aked tiḥenjirin » (p. 6).

En outre, l’histoire( ) est bien présente, dans cet œuvre, à travers l’époque de la résistance Rifaine à la colonisation Espagnole 1921-1926, cette présence marquée par Muḥ Ameqran, qui est un témoin Historique de cette période tatouée dans la mémoire de la collectivité : « Nec, Muḥemmed umi ggin ameqran, i inγin sebεa n irumiyyen deg iγzar n carḍ, yiwi-asen marra min tuγa γarsen d rekrayeṭ. Cḥar sen ggiγ d tixecbin deg ibriden, cḥar ggiγ mγar d rmaynat s ufus inu…»(p. 7).

Cependant, la génération d’aujourd’hui ignore beaucoup sur cette époque glorieuse, jusqu’à ce qu’elle est devenue négligée dans le temps de l’oubli. Muḥ Ameqran ressent la nostalgie vers l’histoire, ce qui est clair dans son dialogue avec Mudrus:
« - Neccin i imγaren amezruy nneγ nurats idammen nneγ i nessuyes x iγezran d idurar, ar ami iqqim d awar jar iwdan, d aγennij x ires n tniba, rami id yiweḍ γarwem war d as tarrim taynit .
Mudrus isḥessa, itari di tmurts ijjen n tkeccut. Ixzar days Muḥemmed Ameqran. Iṣweḍ di min iteg, isseqsa:

-Twariγ cek mγar txebced di tmurt ma war texsed ad tesred γari ? niγ tarid min dac qqareγ !?

Iṣṣuḍ Mudrus x min yura deg cat. tiṭṭawin di tmurt :

- Twarid, min mma uriγ iri iḍwa aked uṣṣemmiḍ amec iṭṭaw awar nnec am iγγed iccuren azeğif n Umarzag, d lguṭ, d Cbareq, d marra inni iddaren x tma… » (p. 10).

A travers cet oeuvre, on distingue le Rif d’hier et le Rif d’aujourd’hui ; où les structures tribales ont connu des profondes mutations. La grand-mère de Mudrus : Nunut, raconte à son petit fils la différence entre le chef -Amγar- d’hier qui était élu démocratiquement parmi les villageois, et le chef d’aujourd’hui qui est désigné par le Makhzen, sans aucun respect de l’opinion des habitants : «…rami tuγa imezdaγ tmunen temharwaden jar-asen, smunan awar nsen x wenni i γa yrin d amγar xafsen. Amaγar nsen teggent s ufus nsen, twaran days ixf nsen, netta itwara daysen ixf nnes. (…) rextu amγar iteggit rmexzen zeg iwdan i itwara γarsen timura, γarsen agra. Inni yuεran. Inni i iqqaren wah war texsen ḥed ad-asen yini uhu. Inni yessaγen udmawen axmi ssaγen baṭaṭa. Inni iznuzan awar ssaγen aseγdi » (p. 12).

Grâce à Mudrus qui lisait les lettres que les immigrés envoyaient à leurs familles, tous les villageois savent la situation de leurs époux et fils, et même le chef qui est analphabète, il demande toujours l’aide du jeune instruit pour qu’il déchiffre les messages que transmets ces lettres.
Toutes les lettres que notre héro lit sont normales, sauf une qui reste tatoué dans sa mémoire, car il ressent que c’est lui qui est concerné par ce message : « aytma-inu γari deg ur…war tettut, sram-inu x mmis n Ubaran d Yamna…umatwem Zzufri » (p. 18).

Mudrus continue à chercher son identité, son destin…perdu dans le temps du silence, dans le temps de l’errance : «…netta min iεna !? ma d aεuqqi n tudart niγ d asusif n ussan… !?. War ijji mani war yarzu…Yarzu di rxezrat n iwdan, deg awar n ubarraḥ. Yarzu di rirat n iḥenjaren, deg asfarnen n Timuc. Yarzu awarni useγdi n yemma-s…Yarzu deg izran n tnuyam, di tḥuja i d as tenna ḥenna-s. ixbec deg ibriden. Iqreεd iymaren…Yarzu ura di tarezzut nnes » (p. 19).

Le sentiment de l’héro du roman d’être orphelin de père, et de n’avoir pas d’amis qui partagent avec lui ses souffrances, l’a poussé même à parler avec la feuille du figuier, peut-être elle comprendra son chagrin : «…Iṭṭef x uzeğif. Iqqen tiṭṭawin, isγuy deg ajenna. Tewḍa-d xafs ij n tafact zeg wartu. Yarzem tmuγri nnes yisit-id γars deg afus. Yufit tudum s uγi. Iṣweḍ days, inna-s:

- tγuyyit-inu i cem d iqeḍwen x yemma-m amec i d ayi teqḍu tγuyyit n tudart x baba.

Ibed ixzar deg wartu γar umcan manis id teqḍu. Itwara tanessist n uγi tehwad am umeṭṭa id ithnunnuyen zi tiṭṭawin n yemma-s mermi mma itisseqsa x baba-s. (…) Yusasd unixses, ccurent id tiṭṭawin-nnes s imeṭṭawen. Isekkef taxruč, inna-s i tafarct :
- aγi-nnem yarzeg am tarzugi n ussan-inu…wadem-ayi di min d am ggiγ, snuryeγ-cem, jjiγ-cem d tayujič. Nec war zemmareγ ad cem areγγar umcan-nnem, amec war izemmar zman a d ayi d yar baba » (p. 20).
En plus, on découvre tout au long de ce roman, l’image du Rif, en décrivant le souk de la tribu Ayt Said, aussi en invoquant le problème de l’immigration clandestine dans cette région. Le passage suivant révèle cette situation: « Aytma imesewqen, a rağ n tmurt, ass n friḍennaḍ tnayen n iḥudriyen zi teqbič n Ayt Sεid, zeg iγzar n uriri… ḥemmitu n Traytmas d ḥemmu ayyaw n Ssi Muḥend, ufin-ten x tma n ayel ifassen d iḍaren-nsen ksen. A rağ n tmurt, aqa rmexzen iqqar-asen i imarawen-nsen ad raḥen γar fusina » (p. 28).

Mudrus mène une vie aigre, cependant, le seul moment où il ressent de l’espoir, c’est quand il admire la beauté de Timuc : sa bien-aimée. Celle-ci partage le même sentiment que lui : « Timuc tessen ura d nettat. Taca aked rxezrat n Mudrus hekwant-id xafs am reεwin n uεecci deg ussan n unebdu » (p. 32).

L’auteur nous décris dans un style sincère Timuc, quand elle est appréciée par Mudrus, au bord de la rivière: « Xmi i traḥ tγima x tara tfessi hina, tarexxu i ucewwaf maḥend a d as tames rγasur i xafs d itudumen x uγembubu d tγardin, tbanad amcnaw ca n rewṣifet n Davintci, teddakwar d ij n uγezdis zeg iγzar i war tzemmared ad tebḍiḍ x tṣuḍar d aman d tarrist d uxeccab i d as inḍen. Ibezrar n ucewwaf sduryen-as aγembub ucin-as tirelli i tiṭṭawin-nnes maḥend ad acarent rxezrat γar Mudrus i twara am udbar xmi id as trakwar tedbart. Rxezrat di rxezrat maca ura d ij n ad izεem ad yarni ṣurif γar zat » (p. 33).

Après plusieurs années, Mudrus trouve l’adresse de Zzufri, en lisant comme d’habitude les lettres pour Σmar Amezyan. Suite à cet événement important, notre héros décide de voyager vers France pour poursuivre ses études, et en même temps chercher Zzufri qui connaît la vérité du père condamné de trahison par les villageois. A travers le passage suivant l’auteur décrit l’éloignement entre la mère et son fils : « Tenna-s awaren-a uca tdarreε-as deg uḥsin. Yuca aked tuddimin ḥmant weṭṭant-asd x uzeğif. Innufser-as zeg ifassen, yissi taγellact n rqehwa, yarwer zeg rubi id itefγen zeg unexses n yemma-s am arbu n unebdu id itasen di azzary » (p. 60).

Quand Mudrus arrive en France, il se trouva dans un autre monde, un mode tout à fait différent de son village natal. Il se dirigea vers la recherche de Zzufri, et il le trouve dans un hôpital à Paris. Alors, après leur rencontre, Mudrus va connaître la vérité de son père qui n’était pas un traître comme le croyait la majorité des villageois, mais, au contraire il était un martyr, il a sacrifié sa vie pour la liberté de notre terre mère.

Notes :

- Sur le symbolique des personnages consulter l’article suivant : Asdduggem n izawalen d tecniyyat n inemguren deg ungal: Jar u Jar n: Muhammed Buzaggu (Symbolique et onomastique des personnages dans le roman: «Jar u Jar» de Muhamed Bouzaggou), Journal Tawiza, n° 114, octobre 2006.

- Fille du chef du village -Amγar- : Σmar Amezyan

- Sur la présence de l’histoire dans ce roman, voir l’article de mon ami et collègue: Lyamani Qessuh, توظيف التاريخ في رواية" Jar u Jar " لمحمد بوزكو . , Journal Tawiza n° 109, Mai 2006

Abdel Mottaleb ZIZAOUI (chercheur –Oujda-)
Amazigh39@yahoo.fr

***************************************************************************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tamazight.forumactif.com
 
Livre : JAR U JAR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant
» Présentation du livre "Semois sauvage" 24/9 à 19h + expo Beluxphoto à Florenville
» Livre - "Obsession" de Catherine Kalengula : une version moderne du fantôme de l'opéra
» Albert Cohen : Belle du Seigneur, Le livre de ma mère, etc.
» J'ai fait imprimer un livre-photo ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamazight :: Culture et Civilisation :: Culture-
Sauter vers: