Tamazight

Portail sur Tamazight
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le mystère plane autour de la mort de M'Hamed Erramy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1406
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 34

MessageSujet: Le mystère plane autour de la mort de M'Hamed Erramy   Mar 29 Mar - 0:03


M'Hamed Erramy s'était retiré au Maroc, dans les collines du Rif, où il menait une vie paisible.

Le corps retrouvé mercredi à Rognonas est celui du Marocain disparu il y a un mois à Avignon.

Les proches de M'Hamed Erramy ont vécu un mois d'angoisse. Un mois où ils ont imaginé le pire. Et ils avaient raison... Le corps découvert mercredi après-midi était bien celui de ce Marocain de 72 ans. Il gisait dans un bac de décantation, rempli d'un mélange d'eau et de ciment, d'une entreprise de Rognonas. M'Hamed Erramy avait ses papiers sur lui, son passeport et ses titres de séjour. C'est justement pour effectuer des démarches administratives qu'il était arrivé le 25 février dernier à Avignon. Ce soir-là, il a été déposé à la cité Louis-Gros dans l'attente d'un tiers qui devait l'emmener jusqu'à Valréas, où réside sa famille. Mais après 23 heures, ce vendredi 25 février, personne ne l'a plus revu.

Ses proches ont multiplié les démarches, ont contacté des hôpitaux, visité des mosquées où le vieux monsieur aurait pu vouloir prier. Mais ils ne croyaient pas que M'Hamed Erramy aurait pu se perdre ; maîtrisant la langue française pour avoir travaillé 35 ans en Vaucluse, il aurait pu se débrouiller en cas de souci. En revanche, un élément les avait troublés d'emblée. Le fourgon dans lequel il avait voyagé depuis le Maroc, via l'Espagne jusqu'à Avignon avec cinq autres personnes, avait été forcé dans la soirée du 25 février. La remorque qui y était attachée avait, elle, été dérobée puis incendiée et retrouvée à la cité Monclar. Dès lors, la famille de M'Hamed Erramy estimait que la disparition de ce retraité pouvait avoir un lien avec ces faits, qu'il aurait tout bonnement pu être éliminé pour avoir été gênant.

Deux hématomes

Reste que l'autopsie du corps du Marocain, pratiquée hier à Marseille, n'a rien décelé de tel. Bien au contraire. "Elle n'a pas révélé de traces de coups, pas de fractures, de balles ou de plaies, aucun traumatisme, rien qui permette pour l'heure d'évoquer une piste criminelle", indiquait hier soir le procureur de la République d'Avignon, Catherine Champrenault. M'Hamed Erramy ne s'est pas noyé, n'a pas été étranglé. Seuls deux hématomes, sur la nuque et le thorax ont été mis au jour, des traces qui pourraient être consécutives à une chute. Des analyses complémentaires, dont les résultats ne pourraient être connus, selon nos informations, que dans plusieurs semaines, permettront d'établir les causes de la mort.

Pour autant, le lieu de la découverte du corps paraît bien singulier, certes éloigné de moins de deux kilomètres de la cité Louis-Gros mais néanmoins pas franchement facile d'accès. Le bac de décantation où gisait M'Hamed Erramy est protégé d'une rambarde, habillée d'un grillage. Par ailleurs, son corps aurait séjourné plusieurs semaines dans ce bac, sa mort pourrait donc être intervenue peu de temps après sa disparition. Dès lors, comment ce vieux monsieur s'est-il retrouvé là ? Une question que se posent les enquêteurs et qui obsède sa famille.

source: laprovence.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tamazight.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 1406
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 34

MessageSujet: Re: Le mystère plane autour de la mort de M'Hamed Erramy   Mar 29 Mar - 0:10

La famille de M'Hamed Erramy, qui arrivait du Maroc, s'attend au pire

L'un des seuls clichés qu'ait Abderrahim de son grand-père, c'est dans les collines du Rif qu'elle a été prise voilà quelques années. Là où M'Hamed Erramy, 72 ans, s'est retiré après une vie de labeur dans les vignes des alentours de Valréas. Sur cette photo, on y voit M'Hamed, tout de blanc vêtu, fier sur son âne, au Maroc dans cette région de Taza où il réside avec sa femme et cinq de ses petits-enfants.

C'est de là qu'il est parti le 24 février dernier pour rejoindre le Vaucluse. Il est arrivé le lendemain vers 23 heures à Avignon, dans la cité Louis-Gros. Mais depuis, il s'est comme volatilisé dans la nature. Depuis sa disparition, son petit-fils et son neveu Fouad qui vivent à Valréas, sont persuadés de plusieurs choses. D'abord que M'Hamed n'a pas pu se perdre. Il connaît parfaitement la France et le Vaucluse pour y avoir travaillé près de 35 ans. Il parle français et sait donc se débrouiller sans aucun problème. Autre certitude, plus cruelle celle-ci, pour Abderrahim et Fouad, il lui est sans doute arrivé malheur.

Fourgon forcé, remorque volée

"Il faut s'interroger sur ce qui s'est passé ce soir-là, estime Abderrahim. Le fourgon avec lequel mon grand-père a traversé le Maroc puis l'Espagne a été forcé dans la cité Louis-Gros, on a donc tenté de le voler. La remorque qui contenait des meubles, des céramiques et de l'huile a, elle, été volée puis incendiée à Monclar." Ce jeune mécanicien dans le secteur du nucléaire maintient que son grand-père aurait pu être le témoin involontaire d'une sale affaire. "Il est bien au Maroc, il vit à la campagne dans sa petite maison avec sa famille, il n'a pas pu fuir volontairement, assure-t-il. Nous avons fait tous les hôpitaux de la région, nous avons été dans plusieurs mosquées d'Avignon et du Pontet pour demander s'ils avaient vu mon grand-père. Nous sommes même retournés à Louis-Gros et à Monclar dans les commerces mais personne ne l'a vu. Mais quoiqu'il se soit passé, on sait que personne ne parlera..."

Pour son neveu, Fouad, il n'y a guère de place pour l'espoir. "Il a été tué, j'en suis sûr, lâche-t-il. S'il était encore vivant, on l'aurait revu. Sa famille a envie de savoir. Sa femme appelle tous les jours depuis le Maroc en pleurs." Il ne devait rester éloigné d'elle qu'une petite semaine, juste le temps de remplir des formalités administratives. Il avait jusqu'au mois de mai pour s'en occuper. "Si sa situation n'est pas régularisée, ensuite, sa famille ne percevra même plus sa retraite", note Fouad. Abderrahim a par ailleurs contacté le bâtonnier avignonnais Louis-Alain Lemaire, qui nous a indiqué lui aussi "se poser beaucoup de questions sur ce dossier".

Du côté de la sûreté départementale chargée de cette enquête, on nous précisait hier "qu'aucune des constatations réalisées à l'endroit où le fourgon était stationné n'allait dans le sens d'éventuelles violences. Il n'y a pas de traces de lutte, ni témoignages dans le quartier qui fasse état d'une agression". Ce devait être le dernier retour en France pour M'Hamed Erramy afin d'obtenir une carte de séjour permanente à laquelle il pouvait prétendre. Sa famille espère qu'il n'a pas effectué là son ultime voyage...

source: laprovence.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tamazight.forumactif.com
 
Le mystère plane autour de la mort de M'Hamed Erramy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mystère autour de Louis XVII
» La série des Rouletabille : Le Mystère de la chambre jaune, Le Parfum de la dame en noir...& cie
» Les Maîtres du Mystère
» La Tragédie du Mystère de la Mort du Chalet de la Montagne isolée
» Undertaker serait mort !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamazight :: Général :: Actualités-
Sauter vers: